[Aller au menu]

Buvez, c'est déjà partagé !

Publié le 09 septembre 2019

L'alcool passe aussi par le foetus !

Aujourd'hui débute la campagne de prévention de l'alcoolisation Foetale.
Chaque année, 8 000 enfants sont fragilisés par les effets. Adoptez une alimentation saine et équilibrée.

L’alcool est la drogue la plus répandue socialement. Il est ainsi d’usage de partager un verre de vin autour d’un dîner. Mais quand la consommation d’alcool devient-elle vraiment dangereuse ? L’alcool présente toujours un risque pour la santé. Ainsi il n’est pas rare que des consommateurs d’alcool risquent davantage de développer des hépatites, des cancers ou des maladies cardiovasculaires. L’alcool est alors la deuxième cause de décès prématurés en France, touchant plus les hommes (11% des décès) que les femmes (4%). On estime par ailleurs que 10% des adultes ont des problèmes de dépendance à l’alcool. La consommation excessive d’alcool peut amener à des comportements sociaux violents, pouvant aller jusqu’à la maltraitance ou l’homicide involontaire. La consommation d’alcool débute souvent à l’adolescence où les jeunes participent de plus en plus à du Binge Drinking, qui est l’absorption rapide et en grande quantité de boissons alcoolisées. Ces comportements ont des conséquences sur les capacités intellectuelles des jeunes et contribuent au développement d’une dépendance future.

L’absorption d’alcool au cours de la grossesse génère aussi de grands risques de malformations ou de handicaps chez le futur nouveau-né (un bébé par jour).

Chaque personne perçoit les effets de l’alcool à titre individuel, bien que des facteurs génétiques et environnementaux jouent un rôle prépondérant dans la vulnérabilité. L’addiction à l’alcool est une maladie chronique qui nécessite un suivi psychologique à long terme. Il faut noter que la consommation d’alcool est aussi un effet de mode qui a un grand coût économique avec près de 120 milliards de bénéfices par an. La prévention alcoolèmique se heurte donc à une société de consommation conditionnée par le lobby commercial de l’alcool. Comme l’ont prouvé les années 20, la prohibition des boissons alcoolisées n’est pas une solution adaptée. Il faut en revanche tenter de maîtriser la consommation afin de préserver sa santé. Il est ainsi conseillé de ne pas boire plus de 3 doses d’alcool par jour pour un homme et 2 pour une femme, et de garder un jour de sobriété par semaine. Chaque verre d’alcool représente un danger pour la santé. En cas de besoin il ne faut pas hésiter à prendre rendez-vous auprès d’un spécialiste.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.