Vous êtes ici : Accueil > Infos santés

CANICULE, FORTES CHALEURS : ADOPTEZ LES BONS REFLEXES

La santé de chacun peut être en danger quand ces 3 conditions sont réunies : Il fait très chaud, la température ne descend pas, ou très peu, la nuit, et cela dure plusieurs jours. C'est ce que l'on appelle, une période de canicule, qui peut parfois avoir de graves conséquences sur la santé des plus fragiles, comme les nourrissons ou les personnes âgées. Alors, comment prévenir les risques liés à cette canicule ?

 

QUELS SONT LES RISQUES LIÉS AU FORTES CHALEURS ?
Selon l'âge, le corps ne réagit pas de la même façon aux fortes chaleurs. En effet, lorsque l'on est âgé, le corps transpire peu et a donc du mal à se maintenir à 37°C. La réduction de la sensation de soif s'ajoutant, la température du corps peut alors augmenter : on risque le coup de chaleur (hyperthermie - température supérieure à 40° avec altération de la conscience).
En ce qui concerne l'enfant et l'adulte, le corps transpire beaucoup pour se maintenir à la bonne température. Par conséquent, on perd de l'eau et on risque la déshydratation.

QUELLES SONT LES PERSONNES À RISQUE ?
· les personnes âgées de plus de 65 ans,
· les nourrissons et les enfants, notamment les enfants de moins de 4 ans,
· les femmes enceintes,
· les travailleurs manuels, travaillant notamment à l'extérieur et les
personnes pratiquant une activité sportive en plein air.

Mais également :
· les personnes confinées au lit ou au fauteuil,
· les personnes souffrant de troubles mentaux (démences), de
troubles du comportement, de difficultés de compréhension et
d'orientation ou de pertes d'autonomie pour les actes de la vie
quotidienne,
· les personnes sous traitement médicamenteux au long cours ou
prenant certains médicaments pouvant interférer avec l'adaptation
de l'organisme à la chaleur,
· les personnes souffrant de maladies chroniques ou de pathologies
aiguës au moment de la vague de chaleur,
· les personnes en situation de grande précarité, les personnes non
conscientes du danger.

COMMENT AGIR POUR PRÉVENIR LES RISQUES ?

Les personnes âgées, isolées ou handicapées peuvent se faire connaître auprès des services municipaux pour figurer sur le registre communal afin que des équipes d'aide et de secours puissent leur venir en aide en cas de vague de fortes chaleurs.
S'organiser avec les membres de sa famille, ses voisins pour rester en contact tous les jours avec les personnes âgées, isolées ou fragiles. Ce geste d'aide mutuelle peut s'avérer décisif. (Ex : Opération Voisins relais à Bordeaux)
Ne pas hésiter à demander conseil à son médecin, tout particulièrement en cas de problème de santé ou de traitement médicamenteux régulier (adaptation de doses par exemple).

EN PÉRIODE DE CANICULE, COMMENT AGIR ?
Pendant une vague de canicule ou de forte chaleur, il est nécessaire de :
· boire régulièrement de l'eau,
· mouiller son corps et se ventiler,
· manger en quantité suffisante,
· éviter les efforts physiques,
· ne pas boire d'alcool,
· maintenir son habitation au frais en fermant les volets le jour,
· passer du temps dans un endroit frais (cinéma, bibliothèque, supermarché ...),
· donner et prendre des nouvelles de ses proches.

Si l'on ressent le moindre inconfort, ne pas hésiter à demander de l'aide à ses voisins et, si nécessaire, à contacter son médecin traitant
ou le centre 15 (SAMU) en cas d'urgence.
Pour plus d'infos, le service Canicule info service est à votre écoute au 0 800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe en France)
Accessible tous les jours, de 9h00 à 19h00

 

Source : Agence régionale de santé Aquitaine
Limousin Poitou-Charentes

LA PHARMACIE DE VOYAGE

Les vacances arrivent, les petits bobos aussi. Que doit comporter votre trousse à pharmacie ?

Les vacances arrivent, les petits bobos aussi. Sans emporter toute son armoire, que prendre en cas d'urgence ?

Outre vos traitements habituels, toute trousse à pharmacie, que ce soit pour un week-end, une semaine sur la Côte d'Azur ou la grande traversée de l'Amazonie doit comporter :

- Instruments : thermomètre, petits ciseaux, pince à écharde

- Blessures : antiseptique local pour nettoyer les plaies, matériel de pansement (gaze stérile, pansements rapides, bandes adhésives ou élastiques)

- Fièvre et douleurs : un médicament contre la fièvre et la douleur type paracétamol et ibuprofène ;

- Système digestif : médicaments contre la diarrhée du voyageur, les nausées et les vomissements, le mal des transports

- Protection cutanée : crème solaire avec indice de protection élevé (supérieur à 20), selon votre type de peau, l'intensité des rayons, la durée d'exposition et l'activité prévue ; spray ou crème contre les démangeaisons et les piqûres d'insectes
Une pommade contre les coups de soleil et brûlure type Biafine® ;

- Conjonctivite : gouttes oculaires, collyre

- Refroidissement : gouttes nasales, spray nasal décongestionnant

- Désinfection de l'eau : tablettes désinfectantes

- Prévention contre le paludisme : médicaments antimalariques (selon la destination), lotion anti-moustiques pour la peau et insecticide pour les textile et la chambre

- Infections sexuellement transmissibles : préservatifs masculins ou féminins

Les douleurs Neuropathiques

La chirurgie, les examens invasifs peuvent être accompagnés de lésions nerveuses pouvant être à l'origine de Douleur Neuropathique, leur prévention est un vrai défi pour la Médecine actuelle.

Une douleur aigue post opératoire mal contrôlée est souvent corrélée à une forte susceptibilité d'apparition d'un syndrome douloureux Chronique pouvant être de type neuropathique.

Actuellement la Douleur Chronique Neuropathique est considérée comme une « entité pathologique spécifique » et évoluant pour son propre compte ; cela représente 25 % des patients consultant dans un centre anti douleur et 7% de la population générale soit 7 à 8 patients par mois.


Sous ce terme on distingue :

Les douleurs Neuropathiques Centrales (post AVC 2 à 8 % des cas)

Les douleurs  Neuropathiques Périphériques

 

Les Douleurs Neuropathiques périphériques surviennent souvent après un traumatisme, après une chirurgie, un traitement neurotoxique, une neuropathie métabolique ou une maladie du Système Nerveux (Sclérose en plaque) ou après un Zona. Elles peuvent être seules ou dans un Syndrome douloureux mixte, c'est à dire l'association douleur neuropathique et douleur aigue ; le cas le plus fréquent est celui des douleurs cancéreuses. (ex : cancer du sein)

Les patients décrivent souvent ces DOULEURS par des mots bien précis : Douleurs continues, décharges électriques, sensation de froid douloureux, la sensation d'étau, de compression...

L'indentification de ce type de patient en Consultation Douleur est basée sur un examen clinique complet recherchant la topographie précise du Syndrome Douloureux ; son évaluation grâce aux différentes échelles ( DN4, QDSA , Echelle de Beck) et aux examens complémentaires tels que l'EMG..., permet de confirmer le diagnostic, d'évaluer le retentissement de la Douleur sur la vie quotidienne et proposer une prise en charge au long cours par un suivi régulier des différentes thérapies, médicamenteuses ou non, telles que la neurostimulation transcutanée très efficace sur les neuropathies focales telles que les Algoneurodystrophies du genou ( technique déjà proposée en consultation).


La consultation douleur est à la fois un outil de dépistage de ce type de pathologie, d'orientation et de traitement pour les patients souvent désorientés et découragés par leur souffrance.

 

                                                                                       R.MESLI

ENQUETE DE SATISFACTION 2016

Une enquête a été menée auprès des patients des Cliniques mutualistes de Pessac et Lesparre, du centre de santé de Gallieni et des 3 centres dentaires mutualistes bordelais.

En 2016, une enquête de satisfaction a été menée sur le centre de santé médical Gallieni, 3 centres dentaires (Vital carles, Gallieni, et Blaye), ainsi que les Cliniques Mutualistes de Pessac et Lesparre.

CENTRE DE SANTE "MÉDICAL ET DENTAIRES" :

99% des usagers de notre centre de santé "médical et dentaires" sont satisfaits. Les patients ont souligné notamment la qualité des soins et l'écoute du praticien, le respect de la confidentialité, la pratique du tiers-payant ou encore la proximité géographique. Néanmoins, certains patients regrettent les délais trop longs d’obtention de rendez-vous ainsi que le non-respect des horaires.

Il n'empêche que le taux de recommandation de nos centres est en moyenne de 85% et va jusqu'à 94% pour le centre dentaire de Blaye, largement au-dessus de la moyenne nationale (77%). 


CLINIQUES MUTUALISTES DE PESSAC ET LESPARRE :

3 355 questionnaires à Pessac et 678 à Lesparre (hors urgence) ont été remplis par les patients ou proches soit respectivement un taux de retour de 22% pour Pessac et 11,5% pour Lesparre.

"Les patients des cliniques mutualistes apprécient la gentillesse, la bienveillance, la disponibilité et le professionnalisme des personnels, aussi bien administratifs que soignants. Toutefois, les patients de l'établissement de Pessac notent les difficultés de stationnement mais comprennent que c'est inévitable en période de travaux".